Les enfants grandissent et les parents vieillissent – des conseils d’établissement d’un budget pour les boumeurs

Foresters ne donne aucun conseil juridique, fiscal ou de planification financière. Les avis ou conseils exprimés ne doivent pas être acceptés comme ceux de Foresters. Veuillez communiquer avec votre conseiller en référence à votre situation personnelle.

Choses qu’il faut savoir

collette-300x300

Emploi : Collette est directrice de la gestion de projets dans un petit cabinet de consultants en gestion. Elle aime suffisamment bien son travail, mais aimerait tout de même prendre sa retraite un jour. Son mari est enseignant au primaire.

Situation personnelle :

  • Situation de famille : mariée depuis 26 ans
  • Enfants : 2 (19 et 24 ans)
  • Prix d’achat du domicile : 650 000 $
  • Valeur actuelle du domicile : 800 000 $
  • Solde hypothécaire : 22 000 $
  • Salaire du conjoint : 90 000 $
  • Automobiles : 2

Autres remarques : Le fils de Collette a obtenu son diplôme universitaire en arts libéraux l’an dernier. Depuis lors, il est revenu au domicile familial et ne sait pas trop ce qu’il veut faire. Depuis peu, il envisage de retourner aux études pour obtenir sa maîtrise. La fille de Collette est actuellement en deuxième année d’un programme universitaire.

Le beau-père de Collette est décédé il y a deux ans. Depuis lors, sa belle-mère a laissé entendre au mari de Collette qu’elle aimerait bien emménager avec eux. Collette n’est pas emballée par cette idée.

Confessions financières :

Les économies que Collette et son mari ont mis de côté pour l’éducation de leurs enfants sont pratiquement épuisées. Collette envisage d’utiliser leur RÉR pour payer les deux dernières années d’études de leur fille, mais elle s’inquiète des répercussions fiscales.

Le retour du fils de Collette au domicile familial a placé davantage de pression financière sur eux qu’elle ne l’avait prévu. Elle veut lui demander de commencer à payer un loyer, mais pense que ce serait peut-être injuste étant donné l’état du marché du travail pour les jeunes.

Collette et son mari sont d’accord pour déménager dans une plus petite résidence afin de dégager des fonds pour leur retraite, mais comment réduire la taille de leur domicile quand personne ne le quitte et que leur fils essaye même de s’y rétablir?

Chiffres

Revenu moyen de Collette 90 000 $
Revenu total des deux conjoints 180 000 $
Revenu mensuel total après impôt 8 700 $
RÉR 55 000 $
CÉLI 7 000 $

 

Budget mensuel

Paiement hypothécaire 1 500 $
Assurance domicile 100 $
Impôt foncier 400 $
Entretien ménager 400 $
Frais universitaires de la fille 1 150 $
Frais de subsistance du fils (divers) 300 $
Primes d’assurance vie 100 $
Assurance, dépenses, paiements de location automobile 1 300 $
Services publics 150 $
Téléphone/TV/ internet 260 $
Épicerie 800 $
Repas à emporter et au restaurant 350 $
Vêtements, cosmétiques, etc. 400 $
Divers 300 $
Cotisation au REER 450 $
Cotisation au CÉLI 100 $
Solde restant 0

Objectifs et rêves financiers:

  1. Se libérer de l’hypothèque – Collette en a assez d’effectuer des paiements hypothécaires et aimerait rembourser d’une seule traite.
  2. À charge de la mère – Collette aimerait aussi mettre de l’argent de côté pour que son mari et elle-même puissent contribuer aux frais d’une bonne maison de retraite pour sa belle-mère.
  3. La retraite, oui ou non? – Jadis, la retraite ne semblait pas n’être qu’un rêve! Mais maintenant, Collette et son mari se demandent si ce jour viendra jamais. Seront-ils un jour capables de s’arrêter de travailler?

La perspective du conseiller

– Avec Lyn Greer, planificatrice financière certifiéelyn-greer

Après nous être plongés dans les finances de Felix, l’étudiant universitaire, de Sally, la jeune professionnelle et de Sheldon, l’homme de famille, nous en avons conclu que Collette était coincée dans la « génération sandwich ».

Q : Il s’agit du cas le plus compliqué que nous ayons examiné en termes de relations. Les finances de Collette dépendent en grande partie de sa situation familiale, et il semble qu’elle ait de nombreux engagements à gérer!

R : Sans aucun doute! Ce cas a un aspect bien plus philosophique que les autres! Je me sens coupable simplement en parlant de certains de ces problèmes parce que je ne veux pas avoir l’air méchant ou lui dire de se débarrasser des membres de sa famille (elle rit). Je pense que Collette aura de nombreuses conversations difficiles à l’avenir.

Q : Passons directement au vif du sujet. Le fils de Collette vient de retourner à la maison familiale. Y-a-t-il des sonneries d’alarme quand vos enfants adultes commencent à nuire à votre santé financière?

R : Permettez-moi d’abord de dire que le fait que son fils vive au domicile familial n’est pas un problème. Les parents qui se trouvent dans cette situation n’ont pas besoin de mettre leurs enfants à la porte! Mais il pourrait y avoir un problème si elle finance encore son mode de vie.

Même s’il ne peut pas trouver un emploi dans sa spécialité, il pourrait trouver quelque chose dans un restaurant ou un café. Il est peu réaliste de lui faire croire que, ayant atteint l’âge adulte, il n’a pas besoin de travailler, et il est important de lui apprendre en quoi consiste la responsabilité financière. C’est une conversation difficile à avoir, mais il est important de lui apprendre à être indépendant.

Q : Faire payer un loyer à ses enfants adultes donne lieu à un débat intéressant. Pensez-vous que ce soit une bonne idée dans cette situation?

R : Oui, dans ce cas, je pense que Collette et son mari ont besoin de ce loyer pour leurs propres dépenses et économies. Mais j’ai également eu des clients qui n’avaient pas besoin d’argent. Alors, ils collectent quand même l’argent, puis ils le donnent à leurs enfants pour les aider à verser leur acompte quand ils sont prêts à acheter leur propre maison.

Q : C’est intéressant : pourquoi pensez-vous que Collette et son mari aient besoin du loyer de leur fils?

R : La première chose que j’ai remarqué au sujet de Collette est qu’elle a 53 ans et qu’elle songe à prendre sa retraite, mais elle n’a que 55 000 $ dans son REER. C’est bien moins que ce que j’aimerais avoir à son âge, surtout étant donné qu’elle travaille pour une petite firme qui ne lui versera sans doute aucune pension. En l’état actuel, je dirais qu’elle devra travailler jusqu’à 65 ou 70 ans.

Q : Mais le mari de Collette est enseignant. Ne s’en sortiront-ils pas bien simplement grâce à sa pension?

R : Eh bien, rappelez-vous que, quand il prendra sa retraite, sa pension sera équivalente à environ 60 % de son revenu et que ce montant sera imposé. Cela lui laissera près de 45 000 $ par an pour tous les deux. Ce sera bien moins que ce à quoi ils sont accoutumés.

Q : Honnêtement, je trouve tout ça un peu ahurissant. Collette et son mari gagnent un total de 180 000 $ par an! C’est bien plus que le revenu  de tous ceux que nous avons examinés jusqu’à présent. Alors pourquoi semble-t-il qu’ils soient en difficulté?

R : Je pense que vous venez de mettre le doigt sur le problème! La raison est que ce n’est pas ce que vous gagnez qui compte, mais ce que vous dépensez. On voit souvent des gens avec des voitures de luxe et de grandes maisons, et on en déduit qu’ils doivent avoir beaucoup d’argent; mais, on ne sait jamais, ils pourraient simplement avoir beaucoup de dettes. Je vois que Collette est une personne bienveillante qui veut aider tout le monde, mais elle doit penser un peu plus à elle-même. Il s’agit d’avoir une conversation sur les priorités à adopter.

Q : Alors, par quoi Collette et son mari devraient-ils commencer? Ils ont parlé de prendre un domicile plus petit. 

R : Ils ont accumulé une valeur importante dans leur maison, cette stratégie pourrait donc les aider. Mais, la bonne nouvelle est que le solde de leur hypothèque n’est que 22 000 $, somme qu’ils pourraient rembourser dans moins de deux ans. Ils pourraient se concentrer sur le règlement de leur hypothèque plus tôt. Avoir un supplément de 1 500 $ par mois serait énorme pour eux.

Q : Et pour le court terme?

R : Si J’étais Collette, je commencerais par me pencher sur les 400 $ qu’elle dépense par mois en vêtements et cosmétiques; puis, sur les 300 $ en « divers ». Il est bon de prendre un peu de recul pour essayer de voir exactement à quoi cet argent est dépensé.

Ils pourraient utiliser un peu de cet argent pour augmenter leur épargne-retraite à long terme (REER ou CELI). Je leur suggérerais également d’investir leur remboursement annuel d’impôt dans leur REER ou de s’en servir pour amortir leur hypothèque plus rapidement.

Q : À propos de leur REER, Collette a mentionné qu’elle pensait retirer de l’argent de son REER pour payer les deux dernières années universitaires de sa fille. Bonne ou mauvaise idée?

R : Elle ne devrait absolument pas retirer de l’argent de son REER. Dans sa fourchette d’imposition, Collette verse 43 % de son revenu durement gagné en impôt. Si elle retirait 10 000 $ pour les frais d’études de sa fille, elle devra payer 4 300 $ de cette somme en impôt!

Il serait peut-être mieux qu’elle demande à sa fille de prendre en charge un peu plus de ce fardeau financier ou de contracter un prêt d’étudiante. Mais, en tant que parent, je comprends vraiment pourquoi elle se sentirait coupable d’avoir payé tous les frais de l’éducation de son fils, mais pas ceux de sa fille. Si c’est ce qu’elle ressent, elle pourrait utiliser le capital de sa maison en vue d’obtenir une ligne de crédit pour payer le reste des frais universitaires de sa fille. Une autre option serait d’utiliser l’argent du loyer de son fils pour aider à financer ces frais (bien que je ne pense pas que cette option plaise à son fils).

Q : Pour finir, nous devons aborder le sujet le plus délicat : où va vivre la belle-mère de Collette?

R : Évidemment, il serait plus économique qu’elle emménage chez eux étant donné que les maisons de retraite peuvent être chères. Mais, d’autre part, Collette ne semble pas avoir vraiment envie de vivre avec sa belle-mère. Du fait que le montant de l’épargne-retraite de Collette est si faible, elle doit réfléchir sérieusement à la décision à prendre.

Cela dépend également de la situation financière de sa belle-mère et des raisons qu’elle a de vouloir emménager avec eux. Est-ce une question de finances ou parce qu’elle se sent seule? Est-est en bonne santé? Ce sont des questions importantes.

Recommandations finales pour Collette:

  1. Augmenter les paiements de l’hypothèque pour la rembourser plus rapidement.
  2. Augmenter les économies! Examiner le budget et séparer les désirs des besoins. Commencer à cotiser davantage au régime épargne-retraite et verser si possible les remboursements d’impôts dans un REER ou un CELI.
  3. Encourager les enfants à prendre les mesures nécessaires pour devenir financièrement indépendants afin d’aider à alléger la pression. 

La biographie de Lyn : Lyn Greer est une comptable agréée et une planificatrice financière certifiée à Richmond Hill, Ontario. Elle a siégé au conseil consultatif national de l’IPC et a également fait du bénévolat pour le Financial Standards Planning Council. Elle se spécialise dans la planification fiscale globale qui est un élément clé de son approche envers la gestion du patrimoine, ainsi que dans l’analyse des flux de trésorerie, l’épargne disciplinée, l’assurance et la planification successorale. Vous pouvez communiquer avec Lyn ou en apprendre davantage sur le site Web officiel de l’équipe Greer.

0 614
Eric Tyndale

<p>Eric has an extensive background in content marketing and professional writing. He loves to write about personal finance and life insurance issues for the Lifenotes blog because he enjoys the challenge of making complicated topics fun for readers! Eric also covers community outreach initiatives.</p>

Laisser un commentaire