Solution à la procrastination : contracter dès aujourd’hui une assurance vie

Une pensée m’est venue à l’esprit l’autre jour. Dans 60 ans, je serai sans doute mort. Moi, mort! N’est-ce pas une pensée ridicule?

Dès que je donne libre cours à ce fil de pensées qui me mettent mal à l’aise, cela me rappelle toujours cet épisode de Seinfeld au cours duquel les amis prennent un café après des funérailles, tous anxieux à l’idée qu’ils sont en train de gaspiller leur vie.

« Mais qu’est-ce qui n’est pas du gaspillage? Est-ce qu’on est en train de gaspiller notre temps maintenant? Est-ce qu’on peut même prendre un café avec des amis?! », se lamente Elaine dans un moment de panique à George et à Jerry.

Et la question de l’achat d’une assurance vie pose le même problème. Cela soulève toutes sortes de questions auxquelles personne ne veut penser.

Parce que, si vous êtes mort, vous n’allez plus jamais voir vos amis ou votre famille, plus jamais vous asseoir sur le banc favori de votre parc ou finir la saison 83 de Match des étoiles. Ce sont des pensées terrifiantes, et je ne fais pas seulement référence à l’idée que la série Match des étoiles en est à sa 83e saison.

Mais peut-être que, si nous regardons de plus près les raisons pour lesquelles les gens ont tendance à procrastiner quand il s’agit de l’assurance vie, nous pourrions changer notre façon de penser à son propos.

À cet effet, je vais également divulguer quelques sages conseils reçus de la part de l’excellent agent d’assurance vie Nad Khoja. Nad ayant tout vu pendant sa carrière, vous trouverez sans doute son point de vue fort intéressant.

Inhibiteurs mentaux : pourquoi remettre à plus tard l’achat d’une assurance vie

Dans un sondage récent, on a demandé aux consommateurs de dresser la liste des raisons principales pour lesquelles ils procrastinaient quand il s’agissait d’assurance vie. En reconnaissez-vous quelques-unes?

C’est trop cher : 64 %1 Bon nombre de personnes pensent que l’assurance vie est très chère mais, en réalité, la plupart d’entre nous sont bien loin d’en estimer son coût correctement. Selon le sondage, l’estimation en moyenne était deux fois plus élevée que le montant actuel1.

D’autres priorités financières : 59 %1 Hypothèque, épicerie, prêt-auto, factures, vacances. Il y a tellement de dépenses pertinentes pour lesquelles nous préférons mettre notre argent de côté chaque mois. J’ai même beaucoup d’autres priorités, bien inférieures dans l’évaluation de leur pertinence, comme les jeux vidéo et les ailes de poulet.

Vous n’aimez pas penser à la mort : 34 %1 Il semblerait que les protagonistes de Seinfeld et moi-même ne sommes pas les seuls! C’est la raison pour laquelle 34 % des personnes consultées ne voulaient pas souscrire une assurance vie. Penser à la mort est vraiment effrayant.

Les sages conseils de Nad : Il y a beaucoup de personnes superstitieuses. J’ai connu beaucoup de clients qui pensaient que, si nous allions discuter d’assurance vie, cela voulait dire que leur partenaire ou eux-mêmes allaient mourir. Je ne dirais donc pas que c’est inhabituel, mais je pense que l’on sait fort bien que c’est une raison ridicule de remettre à plus tard la protection du domicile et des finances de sa famille.     

Procrastination : 35 %1 En partie, ce qui rend si difficile la décision de contracter une assurance vie est que, contrairement à l’assurance automobile ou habitation, ce n’est pas obligatoire. Alors, pourquoi faire aujourd’hui ce que l’on peut remettre à demain? Contracter une assurance vie ne figure pas sur la liste des activités divertissantes d’un jeudi soir!

Changer votre raisonnement : comment adopter une réflexion plus positive à propos de l’assurance vie

Maintenant que nous avons examiné les états d’esprit qui peuvent nous encourager à procrastiner, étudions donc certaines des motivations qui pourraient nous aider à changer notre perception de l’assurance vie.

Un acte de bienveillance. L’une des meilleures raisons (et des plus tendres) que j’aie entendues pour justifier l’achat d’une assurance vie est qu’il s’agit vraiment d’un acte de bienveillance.

Quand j’écoute les parents faire le point sur leurs fins de semaine exténuantes, j’entends inévitablement le déroulement d’une longue liste d’activités centrées sur les enfants parce que les parents veulent que leurs êtres chers passent une vie agréable et sûre.

Contracter une assurance vie représente simplement le prolongement de cet effort. Pensez-y comme s’il s’agissait d’une autre tâche rapide que vous avez besoin d’effacer de la liste des choses à faire dont le but est de prendre soin de tout le monde (tout au moins financièrement) s’il vous arrivait quelque chose.

Plus jeune peut vouloir dire moins cher. Si, comme moi, vous estimez être une personne plutôt économe, ce qui risque alors de vous encourager à ne plus procrastiner est de savoir que l’assurance vie est en général moins chère plus vous êtes jeune lorsque vous la souscrivez.

Les sages conseils de Nad : Comme je l’ai toujours dit, « L’argent n’achète pas l’assurance, la santé achète l’assurance ». C’est simplement l’argent qui la paye. Alors, achetez-la pendant que vous êtes jeune et en santé!

Il n’y a pas de filet de sécurité. Je pense qu’il s’agit d’une façon de penser, qu’elle soit consciente ou subconsciente, adoptée par de nombreuses jeunes personnes quand elles passent à l’âge adulte. Nous sommes convaincus que, s’il nous arrivait quelque chose, quelqu’un (une banque, le gouvernement, un organisme caritatif, nos parents) interviendrait pour aider notre famille à maintenir son niveau de vie actuel.

Mais abandonner cette idée fausse pourrait avoir un effet libérateur. Parce que, au fond, nous savons déjà que ces filets de sécurité n’existent pas.

Les sages conseils de Nad : Bon nombre de mes nouveaux clients sont choqués d’entendre que, sans assurance vie, ils pourraient perdre leur domicile si leur partenaire venait à décéder. Ils ont tendance à penser que la banque leur permettrait de vivre dans leur maison même s’ils n’avaient pas les moyens de payer l’hypothèque. Mais ce n’est pas ce qu’il se passe en réalité. C’est pourquoi il est nécessaire d’avoir un plan.   

Où ailleurs pourriez-vous trouver l’argent nécessaire? Vous pourriez penser que, pour libérer les fonds nécessaires aux paiements de l’assurance vie, il faudra que vous vous débarrassiez de quelque chose que vous aimez beaucoup. Tout le monde a entendu parler de l’exemple qui suggère de renoncer à sa tasse de café gourmet quotidienne.

Mais peut-être aimez-vous votre pause-café quotidienne! Alors, ne l’abandonnez pas. Donnez libre cours à votre créativité et trouvez d’autres éléments de votre budget que vous pourriez réduire. Peut-être ne regardez-vous pas toutes les chaînes du câble offertes en prime, ou vous n’utilisez pas votre ligne téléphonique résidentielle ou vous ne préparez pas ces saucisses provenant du club de viande auquel vous avez adhéré.

Les sages conseils de Nad : Je demande souvent à mes nouveaux clients s’ils peuvent sacrifier quelques visites à Starbucks pour payer leur prime mensuelle. Mais, si cela ne vous convient pas, trouvez alors quelque chose d’autre dans votre budget qui ne vous importe pas trop. Je ne demande jamais à un client d’éliminer une chose à laquelle il tient. La réalité est qu’on sait tous les deux que vous avez besoin d’assurance vie, alors trouvons un moyen simple de la payer.     

Points de départ : premiers pas pour se familiariser avec l’assurance vie

Si vous êtes prêt à mettre fin à votre tendance à remettre au lendemain, voici quelques simples conseils pour vous aider à démarrer.

Faites un peu de lecture : Passez cinq à dix minutes à vous informer sur les différents types d’assurance vie. Il n’y a que quelques assurances principales, cela ne vous prendra donc pas beaucoup de temps pour découvrir les choix dont vous disposez. Vous trouverez sur cette page un tableau utile qui explique les différentes options.

Essayez une calculatrice : Toujours pas certain d’avoir besoin d’assurance vie? Inscrivez une évaluation approximative de vos dépenses et de vos éléments d’actif dans cette calculatrice pour obtenir un aperçu de ce qu’il vous faudrait. Honnêtement, cela ne vous prendra que quelques minutes.

Établissez le contact avec un représentant : Après avoir fait un peu de lecture, il vaut mieux vous mettre en contact avec un représentant agréé pour qu’il finisse la tâche. Croyez-moi, un bon agent vous évitera beaucoup de frustrations et accélérera le processus en effectuant tout le travail lui-même.

Les sages conseils de Nad : Étant de la vieille école, je dirais aux gens qui envisagent de souscrire une assurance vie d’appeler un représentant après avoir fait un peu de recherche en ligne. Cela vous facilitera les choses et, de cette façon, vous aurez quelqu’un avec qui discuter et qui vous expliquera tout. C’est aussi rassurant pour les clients de savoir que tout a été rempli correctement sur leur proposition d’assurance. De plus, à mesure que votre situation évoluera, vous aurez établi une relation avec quelqu’un qui vous connaît et qui peut individualiser votre protection.    

Non seulement Nad Khoja excelle-t-il dans sa capacité d’aider les clients et leur famille sur le plan financier, mais il prend également le temps de veiller à ce que toutes les personnes de sa collectivité reçoivent l’attention dont elles ont besoin. C’est son engagement à faire du bénévolat et à redonner à la collectivité qui le démarque. Son service communautaire lui a mérité la Distinction de l’Ontario pour les services bénévoles, la Percy Vermeersch Award for Community Service et la désignation d’Ambassadeur de Foresters, témoignages qui traduisent tous la volonté de Nad de donner priorité aux autres.

  1. Insurance Barometer Study. LIMRA et Life Happens 2016.

414442 FR (11/16)

0 443
Eric Tyndale

<p>Eric has an extensive background in content marketing and professional writing. He loves to write about personal finance and life insurance issues for the Lifenotes blog because he enjoys the challenge of making complicated topics fun for readers! Eric also covers community outreach initiatives.</p>