Trouver le compagnon idéal (version conseiller financier!)

Tout allait si bien.

Il était intelligent, nos conversations étaient stimulantes et, par-dessus tout, je faisais confiance à cet homme. J’ai donc été totalement prise de court lorsqu’il m’a laissée tomber.

« Ce n’est pas à cause de toi. C’est de ma faute », m’a-t-il déclaré.

Mais je savais ce que cela voulait vraiment dire. Le montant dans mon compte en banque n’était pas suffisamment élevé pour l’empêcher de vouloir aller voir ailleurs. Ses yeux brillaient pour des choses plus lucratives. Des femmes avec beaucoup plus d’argent que moi… et probablement des hommes aussi.

Lorsque cette relation a pris fin, j’ai dû me reprendre en main et l’oublier.

J’ai cherché quelqu’un d’autre pour le remplacer, mais malheureusement, la prochaine personne que j’ai rencontrée était toxique – condescendante, désorganisée, me faisait attendre et évitait de répondre à mes questions.

Bien sûr, ce que je raconte, ce sont mes mésaventures avec des conseillers financiers – des professionnels qui vous aident à établir un plan financier pour atteindre vos objectifs.

Tout comme lorsque l’on recherche un compagnon, trouver le bon conseiller financier exige du temps, de la persévérance et peut-être même un peu de chance. Parfois, il vous faut même en essayer quelques-uns (plusieurs même), avant de trouver celui qui vous convient parfaitement. Cette personne spéciale qui vous donne le sentiment d’être son seul client.

Mais les efforts pour trouver le bon conseiller financier ne sont pas vains car, tout comme lorsque vous sortez avec quelqu’un, vous devez être prêt à amorcer des conversations personnelles difficiles.

Et vous devrez aborder des questions taboues, telles que « Combien gagnez-vous? », ou « Rencontrez-vous généralement des personnes de mon âge et de mon niveau de revenu? » et « Suivez-vous personnellement les conseils que vous me donnez? ».

D’accord, vous ne demandez pas aux personnes avec lesquelles vous sortez combien elles gagnent (ou peut‑être que si?), mais vous voyez où nous voulons en venir.

Alors, par où commencer? Puisqu’il n’y a pas d’application de rencontres pour conseillers financiers (quoiqu’en développer une serait une excellente idée), voici cinq questions à poser à votre conseiller financier avant de décider si c’est le bon.

Quels types de clients servez-vous?

Comme je l’ai mentionné tout à l’heure, mon conseiller financier a abandonné mon modeste portefeuille d’investissements pour lui préférer de plus vertes pâtures. Alors, cette question mérite d’être posée!

Certains conseillers ne travaillent qu’avec des clients dont l’actif ou la valeur nette personnelle atteint un certain seuil ou dont le revenu se situe dans une tranche particulière. Et cela se justifie, car le stade auquel vous êtes dans votre vie, vos objectifs d’investissements et le montant que vous voulez investir font partie des éléments qui déterminent les conseils dont vous avez besoin.

Quelqu’un qui vient de terminer ses études, a des dettes et intègre pour la première fois le monde du travail aura besoin de conseils très différents de ceux qui bénéficieront à quelqu’un qui dispose de milliers de dollars pour spéculer dans les marchés boursiers.

Quelles sont vos qualifications?

Vous pourriez être légèrement dérouté par la série de lettres attachées au titre de poste de votre conseiller, mais prenez garde, car le type de certifications professionnelles, permis ou titres déterminera le genre de services qu’il peut offrir.

Les professionnels du domaine financier peuvent se spécialiser dans un domaine particulier de la planification financière, tel que la planification de patrimoine et les investissements, les produits d’assurance vie ou la planification successorale. Il se peut donc que vos besoins soient mieux satisfaits par un spécialiste, plutôt qu’un planificateur financier « généraliste ».

Voici quelques définitions des titres les plus communs :

  • Assureur vie agréé (AVA)– Les AVA sont des experts de l’assurance vie et de la planification successorale. Ils peuvent vous conseiller sur la manière de choisir la bonne police d’assurance vie, de structurer un testament, d’établir une fiducie et de gérer votre patrimoine. Essentiellement, ils ont les aptitudes et l’expérience requises pour protéger votre famille et vous-même aujourd’hui et dans l’avenir.
  • Conseiller financier agréé (C.Fin.A.)– Ce titre est similaire au PFA pour autant qu’il exige de suivre le même curriculum de base, et au moins trois ans d’expérience. En revanche, le programme de C.Fin.A. n’exige pas que l’étudiant se présente devant un jury d’examen. Tout comme les PFA, les C.Fin.A. possèdent des connaissances approfondies dans la planification financière et peuvent vous conseiller sur une variété de sujets.
  • Planificateur financier agréé (PFA)– Les PFA sont des généralistes qui peuvent vous conseiller sur une variété de sujets et vous aider à établir un plan financier global pour votre avenir. Ils ont subi une formation rigoureuse afin de satisfaire les « quatre E » qu’exige ce titre :
    • Éducation (ils ont suivi des cours sur des sujets tels que l’assurance, la planification successorale, la retraite et l’investissement)
    • Examen (ils se sont présentés devant le jury d’examen de la PFA et ont réussi un examen de dix heures qui comporte 285 questions – quelle prouesse!)
    • Expérience (ils ont en général au moins trois ans d’expérience dans le domaine)
    • Éthique (ils respectent des normes déontologiques et professionnelles)
  • Analyste financier agréé (CFA)– Le titre de CFA est très prestigieux – ce n’est certainement pas facile d’obtenir cette accréditation! Ces experts de l’investissement sont généralement des gestionnaires de portefeuilles, gestionnaires de fonds spéculatifs, ou des analystes financiers. Les CFA travaillent souvent pour le compte de sociétés de services financiers – alors à moins d’avoir à gérer votre fonds spéculatif, vous ne devriez pas avoir besoin des services d’un CFA.
  • Certified Public Accountant (CPA)ou expert-comptable– Les CPA sont des experts en comptabilité et en préparation de déclarations de revenus. Alors que la plupart des CPA ne fournissent pas à leurs clients des conseils en matière de planification financière ou d’investissement, ils peuvent être la personne qu’il vous faut pour vos besoins en comptabilité, en vérification des comptes, en tenue des livres et en impôt.

Quelle est votre approche à la planification financière?

Les qualifications sont importantes, mais ne représentent qu’une partie de la tâche lorsqu’il s’agit de trouver le conseiller approprié – sa personnalité, son style et son approche sont aussi importants.

La relation que vous établissez avec votre conseiller financier est intime et exige beaucoup de confiance. Vous aurez avec lui des conversations difficiles et prendrez des décisions qui vous tiennent à cœur pour votre avenir – vous avez donc besoin d’une personne qui vous met à l’aise pour vous guider.

Posez-vous quelques questions avant de décider si vous aurez une bonne relation professionnelle avec ce conseiller :

  • Son approche à la planification financière est-elle globale en examinant vos priorités et objectifs ou privilégie‑t‑elle les produits et investissements?
  • Son style est-il pragmatique ou passif?
  • Son style d’investissement correspond-il à votre tolérance du risque?
  • Prend-il le temps de vous expliquer les concepts financiers complexes?
  • En bref, quelle est sa philosophie d’investissement?

Il serait peut-être aussi utile de lui demander qui, à son avis, est le client idéal et pourquoi. S’il répond qu’il préfère les clients passifs qui ont des connaissances approfondies du domaine financier et qui expriment une considérable propension à prendre des risques – cela vous ressemble-t-il?

Comment est-ce que je vous paye?

Frais, commissions, ou les deux – comment votre conseiller sera-t-il payé?

Les méthodes de paiement les plus répandues sont :

  • Frais : un taux horaire, un taux fixe, ou un taux qui représente un pourcentage de vos investissements
  • Commissions : il touche une commission sur la vente de produits, ou sur les transactions
  • Une combinaison de frais et commissions : vous payez des frais et il touche peut-être aussi une commission selon le type de produits financiers que vous achetez.

Si votre conseiller touche une commission sur la vente de produits, il est important de vous assurer qu’il agit toujours selon vos intérêts supérieurs et recommande des produits et stratégies qui vous conviennent.

Essentiellement, votre conseiller doit pratiquer ce qu’il prêche – il ne devrait pas vous suggérer d’acheter des produits que lui-même n’achèterait pas s’il était à votre place.

Et peu importe comment votre conseiller est payé, tous les frais doivent être clairement divulgués, sans aucunes surprises. Si vous avez des doutes, ne soyez pas timide et demandez des devis!

Pouvez-vous fournir des références?

Comme lors de toute entrevue de travail, vous pouvez demander à votre conseiller potentiel des références de clients ou d’autres professionnels avant d’engager ses services.

Communiquer avec quelques-uns de ses clients actuels qui ont des portefeuilles et objectifs similaires aux vôtres peut éclairer votre décision. Mais n’oubliez pas que le conseiller ne vous fournira probablement pas les noms de clients qui ont eu une mauvaise expérience!

Il serait particulièrement utile de vérifier son dossier auprès d’organismes de réglementation en consultant un des sites suivants :

Si c’est l’assurance qui vous intéresse, chaque État détient un département des assurances avec son propre site Web sur lequel vous pouvez faire des recherches au sujet d’un agent d’assurance vie, par son nom, afin de vérifier s’il est en règle.

Outre les questions ci-dessus qui vous serviront à « interroger » votre conseiller, restez attentif et à l’écoute! Faites attention à ces signaux d’alarme courants lorsque vous le rencontrez :

  • Il ne cherche pas à connaître vos objectifs et priorités
  • Il n’explique pas les choses convenablement ou bien il fait preuve de simplisme
  • Il ne prend pas le temps de vérifier si vous avez compris le sujet en question
  • Il est désorganisé
  • Il se concentre trop sur la vente
  • Il ne vous écoute pas

Alors que ces conseils devraient grandement contribuer à vous aider à trouver le bon partenaire financier, c’est toujours bien qu’un ami vous recommande quelqu’un qu’il aura déjà examiné soigneusement et approuvé en votre faveur.

Et, puisque nous en parlons, à la Financière Foresters, nous pouvons vous aider! Visitez foresters.com pour obtenir de plus amples renseignements.

 

Tout investissement comporte des risques, notamment le risque que vous puissiez perdre de l’argent. Rien de ce qui est contenu ici ne doit être interprété comme une source de conseils en placement, ou une recommandation d’acheter ou de vendre des parts de fonds communs de placement, ou d’autres titres.

Foresters, ses employés et ses représentants en assurance vie ne procurent aucun conseil en matière juridique ou fiscale. Veuillez consulter un conseiller en matière juridique ou fiscale en ce qui concerne la planification successorale

414190 FR (08/16)

0 38
Jennifer Peckett

<p>Jenn has a background in partner management and content marketing. She loves to tell stories through a variety of mediums including blog articles, videos and media materials. Jenn covers community outreach and personal finance topics. She enjoys putting a personal spin on her articles to help make finance topics relatable – while still educational!</p>