Cinq astuces faciles pour épargner en vue de la retraite

Loin dernière nous sont les jours où il était facile d’épargner en vue de sa retraite. Frederick Vettese, un actuaire qui a récemment pris sa retraite, prédit qu’il risque de ne plus y avoir de régimes de retraite à prestations déterminées dans le secteur privé au Canada d’ici 2026 1. Ces régimes représentaient alors l’un des trois piliers de l’épargne-retraite dont le Régime de pensions du Canada (RPC) et les régimes d’épargne privés. En effet, le RPC et le régime de retraite d’entreprise suffisaient alors à assurer à bon nombre de travailleurs une retraite confortable.

Ce n’est plus le cas (surtout pour les personnes qui travaillent en dehors du secteur public) et le passage aux régimes à cotisations déterminées signifie que les retraités n’ont plus la garantie d’un revenu cible. Il en est de même pour les régimes enregistrés d’épargne-retraite qui permettent une cotisation fixe sans toutefois fournir un revenu fixe. Par conséquent, les travailleurs d’aujourd’hui doivent prévoir et planifier bien à l’avance pour pouvoir profiter de leur retraite autant que leurs parents l’ont fait.

Bon nombre de retraités visent à disposer d’un revenu de retraite annuel d’environ 50 000 $. Cela peut nécessiter d’amasser un pécule d’au moins un million de dollars. Même si ce n’est pas le montant exact auquel vous aspirez, il vous faudra néanmoins épargner de cinq à dix fois votre salaire actuel.

Voici cinq moyens d’alléger le fardeau.

Démarrez modestement et tirez parti de la croissance composée

Il est plus facile d’épargner en vue de la retraite si vous répartissez vos épargnes sur trente ans plutôt que dix. Il ne s’agit pas simplement de l’effet psychologique ressenti du fait que les paiements sont moins élevés; c’est également parce que vos épargnes bénéficient d’un revenu composé. Par exemple, un montant de 1 000 $ déposé chaque année dans un compte à 4 % d’intérêts composés annuellement passera à 12 486,35 $, dix ans plus tard. C’est parce que les intérêts génèrent eux aussi de l’intérêt!

Profitez du facteur temps

Selon le même principe, il vaut mieux investir au début de l’année qu’à la fin – votre argent a plus de temps pour fructifier. Par exemple, si vous attendez la saison des REER, vous aurez perdu l’équivalent de la valeur des intérêts composés en treize mois (la date limite de la cotisation à un REER est fixée à un an et 60 jours après le début de l’année fiscale).

Des petits pas et de bonnes habitudes

Pareillement, il semble plus logique d’ajouter à vos épargnes sur une base mensuelle plutôt qu’annuelle – si vous ne pouvez pas investir en début d’année. Chaque cotisation mensuelle fructifie. Toute aussi importante est l’habitude psychologique : considérez-le comme un paiement, au même titre que le loyer ou l’hypothèque, qui ne peut pas être reporté. Les bonnes habitudes réduisent la procrastination – et le stress.

 Faites-en une pratique automatisée

Vous avez peut-être remarqué certains retraits automatiques sur votre chèque de paie : impôt sur le revenu, cotisations au RPC et cotisations à l’assurance-emploi. Autrement dit, le gouvernement se rémunère avant tout le monde. Vous devriez vous assurer de vous rémunérer vous aussi en premier lieu. Le gouvernement aimerait bien vous donner un remboursement d’impôt, et il en offre même un. Un moyen d’y arriver est de vous entendre avec votre institution financière pour effectuer des versements pré-autorisés dans votre REER chaque mois. De cette façon, l’argent est économisé sans que vous ne vous en rendiez compte, comme c’est le cas pour vos retenues salariales.

Réduisez votre remboursement d’impôt

Les cotisations à un REER sont déductibles d’impôt; cependant, bon nombre de personnes attendent de produire leur déclaration de revenus avant de les réclamer. Cela signifie que vos épargnes travaillent au profit du gouvernement plutôt qu’à vôtre bénéfice pendant presque un an. Si vous disposez d’un régime d’épargne-retraite régulier, vous pouvez soumettre une demande de réduction des retenues d’impôt à la source (en utilisant le formulaire T1213) – ce qui fait fructifier votre argent immédiatement.

 Économisez et réduisez vos dépenses

Il peut sembler difficile de trouver de l’argent pour les régimes d’épargne-retraite quand une bonne partie du chèque de paie est déjà réservée aux besoins de base. Mais il y a de nombreux moyens d’économiser. Examinez bien tous les aliments que vous achetez. Combien en jetez-vous avant qu’ils ne soient consommés? Vos dispositifs électroniques sont-ils allumés même quand vous ne les utilisez pas? Achetez-vous des vêtements que vous ne portez jamais? Regardez de près sur quoi vous dépensez votre argent. Il n’est pas question de vous priver du café que vous adorez. Les petites choses s’accumulent; vous pourriez être surpris de voir combien vous donnez sans obtenir grand chose en retour. En réduisant le gaspillage, non seulement vous épargnerez, mais vous rendrez également service à la planète.

Avis de non-responsabilité

Le contenu du présent article est fourni à titre purement informatif et ne constitue pas un avis professionnel. La Financière Foresters n’offre aucun conseil en matière de placement ou de fiscalité ou encore de nature juridique. Veuillez vous adresser à des conseillers financiers ou juridiques avant de conclure une transaction.

  1. https://www.theglobeandmail.com/investing/personal-finance/retirement/article-the-extinction-of-defined-benefit-pension-plans-is-almost-upon-us

416832 FR (10/18)

0 376
Scot Blythe

Scot Blythe écrit depuis plus de deux décennies des articles sur les finances, les investissements et les impôts pour les consommateurs et les professionnels.