Cinq habitudes adoptées par les familles en bonne santé émotionnelle

Les familles sont des entités de nature complexe. Nous nous mettons tous en colère et nous connaissons tous des journées difficiles, et parfois nous nous en prenons à ceux qui nous sont les plus proches. Maintenir la dynamique familiale en bonne santé émotionnelle et imbue de solidarité exige du travail.

Lorsqu’on entend un enfant dire quelque chose du genre « J’aimerais avoir une autre famille! » ou « Vous êtes les pires parents au monde! », on serait peut-être porté à croire que cette famille n’est pas en bonne santé émotionnelle. Vous pourriez être soulagé de savoir que ce n’est pas inhabituel pour les enfants d’exprimer leur mécontentement de cette manière et que c’est une indication qu’ils se sentent à l’aise dans la sécurité de leur environnement. Les enfants qui ont réellement les pires parents ne prononcent pas ces mots-là à haute voix.

Ce qui est important c’est la manière dont les membres de la famille se serrent les coudes après une bagarre ou une crise de colère. C’est ce que l’on appelle la résilience (la manière dont on réagit après que les choses se soient mal passées) et cette capacité constitue un élément clé de la santé émotionnelle.

Elle fait partie intégrante du bon fonctionnement d’une famille. En plus de la résilience, le mieux-être mental et physique, et un réel sentiment de sécurité sont nécessaires pour établir de solides assises pour sa famille. Et bien que ces choses puissent sembler être des objectifs ambitieux, mais tout de même irréalisables, il y a des moyens concrets pour contribuer à consolider la santé émotionnelle de votre famille.

Quelles sont donc certaines des habitudes que les familles peuvent former pour cultiver la santé émotionnelle?

Passez des moments de loisir ensemble :

Il est plus probable que les corps sains soient des corps heureux – et qu’ils favorisent le mieux-être émotionnel. Les activités physiques que vous pouvez pratiquer en famille peuvent contribuer grandement à façonner un savoir-faire physique et un penchant pour le mouvement. Toute la famille en profitera à mesure que vous vous développerez et que vous avancerez en âge. Mais les choses que vous pouvez faire en famille ne se limitent pas seulement aux activités physiques. Vous pourriez, par exemple, trouver de nouveaux restaurants, voyager, jouer à des jeux vidéos… découvrir et partager des intérêts communs peut approfondir votre relation et stimuler votre mieux-être émotionnel.

Ne soyez pas toujours ensemble :

Il n’est pas nécessaire que chaque activité que vous effectuez soit partagée. Il y a sans doute une bonne part de vérité dans la citation « L’absence renforce les liens »! Faire des choses chacun de son côté donne un nouveau sujet de conversation lorsque l’on se retrouve tous ensemble. De plus, s’accorder du temps peut permettre de se revitaliser et de se revigorer. En outre, avoir le temps de poursuivre ses propres intérêts tend à encourager la créativité, à mettre en pratique la résolution de problèmes et à acquérir davantage de confiance en soi : tout cela fait partie d’un bien-être émotionnel de qualité.

Créez des traditions et honorez votre histoire :

Connaître l’histoire de sa famille peut donner un plus grand sentiment de sécurité. Faire partie d’un tableau plus vaste de par ses ancêtres, une tradition religieuse ou des coutumes culturelles donne à chaque membre de la famille un lien avec le monde en général de façon tangible. Créer ses propres traditions est également fabuleux. Souper ensemble, planter un arbre pour marquer une occasion mémorable ou faire quelque chose qui est propre à sa famille fonctionne bien également. Les traditions (des repas spéciaux, des activités effectuées ensemble et du temps mis de côté pour les rituels) contribuent à améliorer la santé émotionnelle de la famille et affermissent les relations au moyen d’une histoire commune.

Cultivez des amitiés multi-générationnelles :

Les enfants ont besoin d’adultes qui ne sont pas leurs parents, vers lesquels ils peuvent se tourner. Savoir que des adultes, même ceux avec lesquels ils n’ont pas de lien de parenté, sont attentifs à leur égard aide les enfants à se sentir en confiance et en sécurité dans leur communauté. C’est également une bonne chose en tant qu’adultes de forger des amitiés en dehors de ses groupes de pairs. Avoir des amis de la famille qui s’étendent dans des groupes d’âge varié peut faire voir les choses sous une perspective différente. Grâce à l’encouragement de vos amis, vous pourriez être enhardi à essayer quelque chose de tout nouveau et découvrir des réserves d’énergie inutilisée que vous n’auriez pas trouvées.

Pardonnez à cœur ouvert :

Les conflits qui éclatent au sein des familles font partie de la vie; les éviter n’est pas toujours possible. Cependant, les réprimer et les étouffer ne sont pas un signe de bonne santé émotionnelle. S’attendre à ce qu’il n’y ait « aucun conflit » n’est pas réaliste, mais établir un objectif afin de promouvoir la réconciliation et le pardon après un conflit est une option réalisable. Il est vrai qu’il n’est pas toujours facile de pardonner. Les disputes peuvent dégénérer. On ne peut pas s’attendre à ce que la vie de famille se passe sans querelle, mais si on peut s’employer à se pardonner soi-même et les uns les autres, on fait déjà un excellent travail en vue de créer une bonne santé émotionnelle chez soi.

Quels genres de choses votre famille fait-elle pour entretenir et cultiver une bonne santé émotionnelle? Nous aimerions savoir ce qui fonctionne bien pour vous!

Sources (en anglais) :

https://www.esd.ca/Programs/Resiliency/Documents/RSL_STRENGTH_BASED_PERSPECTIVE.pdf

http://www.apa.org/helpcenter/communication-parents.aspx

http://www.apa.org/helpcenter/road-resilience.aspx

https://www.parents.com/toddlers-preschoolers/discipline/tantrum/10-reasons-your-toddlers-tantrum-is-actually-a-good-thing

 

416799 FR (10/18)

0 370
Jen Mallia

Jen Mallia, écrivaine, vit à Edmonton. Elle se spécialise dans l'art d'être parent, les relations et les voyages en famille. Ancienne rédactrice en chef pour Family Fun Canada (Edmonton) et le magazine BirthISSUES, elle écrit maintenant pour un certain nombre de publications. Ses petits plaisirs dans la vie sont de prendre du café au lait de poule, de boire du vin dans une coupe en cristal et de faire une découverte intéressante à communiquer à ses lecteurs. Vous pouvez la suivre sur Instagram et Twitter à @Jen_Mallia