J’aurais préféré que tu ne dises pas ça

VousNous sommes tous passés par là : un ami ou un parent bien intentionné demande ce qu’il pense être une question innocente et, par inadvertance, finit par nous faire sentir acculés et contraints de donner une réponse que, peut-être, nous ne voudrions pas lui faire. À mesure que les Fêtes approchent et que les occasions de se réunir avec les amis et la famille deviennent plus fréquentes, il est bon de penser à différentes façons d’engager la conversation afin d’éviter de mettre les autres mal à l’aise.

Tout d’abord, les questions indiscrètes doivent être évitées à tout prix, surtout si vous posez la question par simple curiosité. Ce n’est jamais une raison suffisante de mettre une personne sur la sellette et de l’obliger à vous divulguer des renseignements personnels qu’elle n’a pas déjà communiqués volontairement.

En guise de règle générale, voici quelques sujets sur lesquels nous ne devrions jamais interroger les autres :

  • Personne célibataire : Pourquoi ne fréquente-t-elle personne ou n’est-elle pas encore mariée?
  • Un couple marié sans enfants : Comptent-ils avoir des enfants ou quand?
  • Un couple qui a connu une fausse couche : Pourquoi n’adoptent-ils pas simplement?
  • Une personne sans emploi : Quand va-t-elle trouver un emploi?
  • Un nouveau diplômé travaillant dans le commerce de détail : Quand se trouvera-t-il un « vrai emploi » ou quand sera-t-il à même de « savoir ce qu’il veut dans la vie »?
  • Une question sur l’apparence personnelle (poids, poils du visage, perçages, couleur des cheveux, etc.)
  • Combien d’argent une personne gagne-t-elle actuellement?

Avant de poser une question que vous mourez d’envie de poser, réfléchissez à la raison de votre question. Est-ce parce que vous vous souciez vraiment de l’autre personne et que vous voulez lui manifester votre soutien? Dans ce cas, plutôt que de poser une question directe, trouvez simplement un moment de tranquillité pour lui dire que vous êtes toujours là si elle veut parler, surtout si vous vous êtes déjà retrouvé dans la même situation.

Que devriez-vous dire?

Songez à employer ces amorces de conversation lors de votre prochaine activité sociale. Elles sont moins intrusives et elles aident à générer une conversation significative qui ne rend personne gêné ou mal à l’aise.

  • Questionnez votre interlocuteur à propos de ce qu’il a déjà, et non de ce que vous pensez qu’il devrait avoir. Exemples :
    • Comment trouvez-vous votre nouvelle voiture?
    • Comment se portent les enfants?
    • Comment était votre jardin cette année?
  • Posez des questions sur ses intérêts personnels :
    • Qu’avez-vous tricoté, crocheté, sculpté ou peint récemment?
    • Quel était votre film préféré cette année?
    • Avez-vous lu de bons livres à me recommander?
    • Avez-vous une bonne recette dont vous pourriez me faire profiter?
  • Posez à votre interlocuteur des questions qui lui permettent de vous faire part de ses expériences positives :
    • Quel a été votre moment le plus heureux cette année?
    • Quelle a été votre plus grande réalisation cette année?
    • De quoi êtes-vous le plus fier ces derniers temps?
    • Qu’avez-vous fait pendant vos vacances?

Si l’on vous pose une question indiscrète à laquelle vous ne voulez pas répondre, rappelez-vous que vous n’avez pas à justifier à qui que ce soit la façon dont vous menez votre vie ou votre apparence personnelle. Vos choix sont les vôtres et, pourvu que vous soyez en sécurité et en bonne santé, et que vous ne fassiez de mal à personne, vous ne devriez pas avoir à les justifier.

La façon dont vous choisissez de répondre à ces inévitables questions indiscrètes dépend de vous. Vous pouvez y répondre si vous voulez, mais n’ayez pas peur de dire simplement quelque chose comme « merci de votre intérêt, mais je ne veux vraiment pas en parler » ou « merci pour la question, mais c’est quelque chose que je veux/nous voulons garder privé pour le moment ». Ensuite, faites immédiatement dévier la conversation de la question indiscrète en abordant un autre sujet (consultez les invitations de discussion ci-dessus) ou excusez-vous poliment et partez.

Vous pouvez aussi recentrer l’attention sur votre interlocuteur en lui demandant : « Pourquoi voulez-vous le savoir? ». Sa réponse peut vous aider à déterminer si vous êtes prêt ou non à divulguer les renseignements personnels demandés initialement, mais sachez qu’elle pourrait aussi se solder par un échange embarrassant. La personne qui pose la question peut se mettre sur la défensive et la question initiale finira probablement par être une question que vous devrez esquiver.

Les activités sociales des Fêtes peuvent parfois être difficiles, même lorsque nous passons du temps avec les personnes que nous aimons le plus au monde. Essayez de minimiser tout malaise en faisant preuve d’une attention particulière au genre de questions que vous posez et en vous montrant bienveillant lorsque vous obtenez des réponses importunes ou inattendues.

Les liens et les sources sur cette page mènent vers des sites anglais.

417809 FR (10/19)